31/05/2005

Emi s'en va...le vague à l'âme

Je pars trois jours au zoo. Gérard veut calmer les esprits.
J'ai mal agi hier, ou plutot mal réagi.
Isa m'a fait quelques reflexions que je n'ai pas supporté entendre. Elles m'ont blessées et au delà m'ont fait douter.
J'ai amoché le minois d'isa...salement.
 
Et puis de toutes façons, je me sens pas super en forme...y'a quelque chose qui va pas....Je ne sais pas quoi...
J'ai besoin de faire le point.
 
Besoin d'un truc que je ne défini pas encore.
 
Je m'absente...
 
Emi s'en va. Le vague à l'âme.La vague aux larmes...

11:09 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

30/05/2005

J'ai deux amours....

Vendredi,
 
19h20 .
 
Je suis assise dans le train qui m'emmene vers Paris. Je suis complètement impatiente, complètement en panique. J'ai la trouille et en même temps je me sens bien dans ce train qui file loin du centre, vers un univers nouveau.
Une fois de plus (décidément !) c'est Stan Getz qui aura raison de moi et de mon anxiété.
 
23h10.
 
Je suis sur le quai...Je le cherche des yeux, et au détour d'un panneau pub, nos regards se croisent et un sourire se dessine sur nos lèvres. Il est là !
 
3h15.
 
Je vais me coucher. Tout près de lui qui dort déjà. Nous venons d'aller diner dans un resto avec Marc, son collocataire, son ami avant tout.
J'ai un peu de mal à réaliser que je suis là. Pour rentrer de la gare, il m'a fait un petit Paris by night...C'est beau, je suis littéralement sous le charme. Intimidée, pas forcément à mon aise, loin de mes repères, très loin des leurs.
Mais je suis tout près de lui. Chez lui, dans un appart magnifique, décoré avec beaucoup de goût. En tous cas les mêmes que les miens. Mes "papillons" ont trouvés leurs propriétaires.
 
Samedi
 
10h30.
 
Je me lève et ces deux là dorment toujours...
Je décide de faire le petit dèj façon Emi et descends donc au supermarché chercher le necessaire.
Paris me fait vibrer. Du monde, partout, de toute nationalité. J'avais oublié comme c'est bon aussi les grandes villes. Ca bouge, ça vis, c'est multiculturel....J'adore ça .
 
11h30.
Petit dèj à la Emi : Melon, Croissants, Jus d'orange pressées, Jambon cru, Délices de Mme Loik, poivre en moulin, pain d'avoine....
On défini le programme de la journée...
 
19h.
Je suis affalée sur ce sublime canapé rouge...complètement crevée...La chaleur est à peine supportable, d'autant qu'il n'y a pas d'air.
Marc nous présente de manière triomphale ces trouvailles Ikéa qui vont encore améliorer leur interieur...
Et nous lui présentons les notres.
Il m'a accompagné au Louvre. J'avais rendez vous avec La Grande Odalisque d'Ingres.
J'ai pleuré evidemment. J'ai pensé à caro. Je suis sûre qu'on à découvert cette toile ensemble.
Et puis nous sommes partis dans le Marais, où il m'a fait découvrir une gallerie que tient une amie à lui. J'y ai rencontré Luc, un lecteur de ce blog...ça fait tout bizzare.
 
Le soir, un barbecue est improvisé sur l'ile de la cité. Je ne suis pas forcément des plus à l'aise avec l'ensemble des gens présents. Seule Alexandra, l'amie de Marc me semble être quelqu'un avec qui je pourrais me sentir bien.
 
5h.
On se couche. Je lui exprime mes doutes concernant son comportement. Il m'exprime ses certitudes...
 
 
Ce post est surement mal fait. Mais j'ai fait plus en deux jours que je n'en fais en une semaine. Mes papillons ont trouvés leur place dans la Georges and Georges Gallery...Le métro m'a effrayée. Paris est une superbe ville, définitivement, mais les gens y sont tellement peu spontanés ! les regards se croisent sans une once de sentiments...Trop vite, trop de bruit, trop de tout et finalement si peu de valeurs fondamentales.
Excessivement vivante et pourtant si morte...
 
Je me suis sentie bien pourtant. J'ai évidement vu, au détour d'une boutique, la jeune fille qui attendait qu'on lui demande de venir "rendre service" en échange de quoi on lui en rendrait un également, j'ai vu des gens comme moi, comme celle que j'étais avant, j'ai reconnu des endroits boulevard de la Chapelle...Mais je n'ai rien dit, rien fait non plus.
 
Je me suis sentie bien avec Marc, mec sympa. Je me suis même dit que c'est des gens comme lui que j'aurais dû rencontrer dans ma vie. On a le même age...
 
Je me suis sentie bien...avec Laurent...
J'écris son nom aujourd'hui parce que je sais qui il est. Il n'est pas que Onze. Il est quelqu'un d'entier et de profondément gentil. Il n'a jamais cherché à profiter de quoi que ce soit.
Il m'a permise de prendre du recul vis à vis des idées qui, je dois bien le reconnaitre, avaient finies par s'installer dans mon esprit.
Je voulais qu'il me séduise, comme il avait pu le faire au téléphone parfois, je voulais qu'il me serre dans ces bras, je voulais qu'il m'étreigne tard dans la nuit...
 
Mais il m'a pris la main sur le quai de la gare....c'était bien plus que tout ce qu'il aurait pu faire.
 
J'ai passé un week-end merveilleux avec des gens fabuleux.
D'écire ces mots me donne même la larme à l'oeil...
 
J'y retournerais, parce que la prochaine fois se sera différent.
 
 
 
 

14:45 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

27/05/2005

"reste calme, reste calme, reste calme"

Pour commencer ce post, je voudrais donner quelques nouvelles de Mr cat : Il va bien, il est sorti des soins intensifs et ne souffre pas de sequelles irrémédiables, ses facultés essentielles ayant été préservées...
 
L'idée d'y glisser les poules était excellente, mais en y réflechissant bien, autant un chat peut facilement se fourrer tout seul (piero n'y voit pas de jeu de mots salaces stp !) dans un sèche linge, autant, 6 poules pondeuses c'est tout de même un peu chaud ! Je risquerai de me faire griller très facilement...
Quant à celle d'y mettre Karl et Antoine, j'y réflechi encore très serieusement (il faut que je trouve un truc !), parce qu'ils sont d'une lourdeur absolue avec leur "cot cot"...
 
Hier soir, c'était le branle-bas de combat dans la chambre avec cécile...
 
Chacune d'entre nous a pris place de chaque coté du lit...elle à droite coté fenetre, moi à gauche coté armoire (enfin si on peut appeller un truc avec deux portes qu'on peut pas ouvrir sans se ramasser 2 tonnes de fringues sur la gueule une "armoire")...
 
Le sac dans lequel je m'apprête à mettre mes affaires pour ce week-end avec onze est posé tel un objet precieux et sacré au milieu du lit...
 
Etape 1 : on se regarde et cécile, d'un coup de tête déterminé m'invite à ouvrir ce fameux fourre tout de fringues ...
 
Etape 2 : on se ragarde à nouveau, mortes de rires, parce que je viens effectivement de me prendre 2 tonnes de fringues dans la gueule
 
Etape 3 : faire du tri et opérer une selection..."oh...tiens prends ça c'est génial, il te va super bien ce truc...oh pis ça aussi, oulala, mais t'as des petits machins comme ça toi ?, ah nan pas ça c'est moche...et t'as pensé à prendre ça ?....bref, une vraie discussion de filles !!
 
Etape 3 : on se regarde à nouveau et on cherche l'erreur..."euh..je pars que deux jours cécile...y'a pas comme un problème ???", dis-je les yeux posé sur le sac devenu invisible sous les 50 kilos de fringues étalés sur le pieu.
 
Etape 4 : refaire un tri et une selection..."c'est peut etre un peu trop ça nan ??? attends je peux pas mettre ça ....et ça tu crois vraiment que ça va le faire ???
 
Etape 5 : refaire un tri et une selection....
 
Etape 6 : refaire un tri et une selection
 
Etape 7 : refaire un tri et une selection
 
Etape 7 : dire "oh pis merde ça me gave, tiens hop, je prends ça et ça et c'est bon"
 
Etape 8 : rouler en boule tout ce que je n'amène pas et tout remettre dans l'armoire
 
Etape 9 : tenter de fermer l'armoire (heureusement que Karl nous a filé un coup de main !)...
 
Etape 10 : Conseil de filles...."Et si il dit ça, je fais koi ??? Et comment tu fais si il te dis ça ???....N'oublie pas ça surtout ???
 
Enfin bref....C'est la merde, les fringues dans le sacs ne me plaisent pas, je suis sure que j'oublie quelque chose, j'ai la trouille, mes billets !!! où sont mes billets ???!!!
 
Moi angoissée ???!!!!!........NAN.........euh.....enfin si un peu....
 

11:31 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (25) |  Facebook |

26/05/2005

jeune fille recherche vacances !!!!

Rholalalalalala !!!
M'acquittant de ma corvée hebdomadaire, me voilà de bon pied partie vers la salle de lavage avec, en mains ,les sacs de fringues sales du groupe...
 
J'amène avec moi le poste Cd parce que mon petit papa chéri m'a fait envoyé une bombe musicale (Pour ceux que ça interesse http://564crew.com ) et que j'ai bien l'intention de bouger mes fesses tout enf aisant mon travail serieusement !
 
Je tri le linge, hop hop hop : le blanc avec le blanc, les couleurs avec les couleurs, oh mais tiens qu'est-ce que c'est que ce machin là, dans quel sens elle met ça Cécile ?, oh c'est mignon ça, etc...
 
Je programme la machine après l'avoir préalablement vidée du linge du groupe 2 (dont le responsable machine est un fainéant fini) et histoire de pas être trop relou, je met ce linge dans le sèche linge...que je mets en route aussitôt...
Puis je retourne à ma machine, et m'aprète à faire démarrer le programme quand, tout à coup, j'entend un bordel monstrueux quasi identique à celui d'une grosse caisse de baterie ...je m'approche en me disant "putain c'est quoi ce bordel ?" (oui, c'est vulgaire mais on à l'habitude maintenant !)...
 
J'AI FAIT TOURNER LE CHAT DANS LE SECHE LINGE !!!!!!!!!
 
..trois petits tours et pis s'en va !!
pffffff...

16:19 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook |

courbatures, douleurs et agacements !

Je me suis maudite ce matin à 6h15...Profondément endormie, dans un rève un peu psyché avec des trucs bizzares, ensevellie sous la couette avec aucune envie d'en sortir...Et voilà que ces 6 connasses de poules pondeuses de me..e de leur mère se sont mises à cotcoter en même temps (je sais plus comment on appelle le cri de la poule ! oh ça va ça arrive à tout le monde !).
 
Je vous jure que mes yeux se sont ouverts en grand, l'air ébahis, j'ai gueulé "oh putain c'est quoi !" en me levant en sursaut...
 
(Si quelqu'un à un 22 long rifle et qu'une petite partie de chasse à cours l'interesse, j'ai une excellente adresse)...
 
Inutile de vous dire que ces deux bouffons de Karl et Antoine se foutent encore de ma gueule dans la cuisine et qu'à chaque fois que j'en croise un des deux, il se met à faire "cot cot" dès qu'il m'a tourné le dos...
 
Bon, pour couronner le tout, j'ai mal partout ! Le dos est surement l'endroit qui me fait le plus souffrir ( si, si je souffre, serieux !), les mains aussi...mes pauvres petites mains sont réduites à l'état végétatif ! j'ai trop de mal à les fermer !
Mes pieds ont dûs passer plus de 45 minutes à eux seuls dans la bassine ....
 
Du coup je me suis un peu isolée hier soir...trop de monde autour de moi hier après midi...
J'ai pris des toiles...Et j'ai passé la soirée dessus...Il y en à une pour Nola, enfin pour Emma plus précisemment, une pour Val, et une pour Fabian ( Dan ghenacia m'a beaucoup inspirée pour celle là !)...
deux autres sont en prépa...je ne donnerai les noms des futurs propriétaires sous aucun pretexte (inutil d'essayer la torture, ça ne marcherait pas !)...
 
Je suis restée scotchée un moment sur "mes papillons" pour Onze. D'ailleurs je ne sais pas pourquoi je m'entête à les appeller mes papillons puisque ce n'est même pas le nom de cette toile !
J'ai hésité longuement...impossible de me convaincre que cette toile allait lui plaire, j'ai même essayer d'en commencer une autre...Mais celle qui lui est destinée a été faite dans des circonstances bien précises, en refaire une aujourd'hui ne transmettrait pas le même message...
 
Il m'aura fallu quelques heures pour me persuader mais c'est fait : J'aime cette toile moi, et pis si ça lui plait pas, au pire il lui trouvera une place au fond d'une armoire ou dans les toilettes !
 
 
Aujourd'hui pas d'activité particulière en dehors du potager pour ceux qui veulent (evidement je ne suis pas inscrite)...j'vais trainer le plus loin possible de ces deux nazes que j'entends à cette minute même faire "cot cot" dans le couloir...
 
Finalement le 22 long rifle ce sera pas pour les poules !
 

10:09 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

25/05/2005

Nicolas le jardinier

Je n'ai pas enlevé le post d'hier. Il n'y avait aucune raison de le faire. Je n'en ai jamais enlevé aucun, celui là ne sera pas l'exception à la règle. Je n'ai pas menti, je ne sais rien de ce qui se passe chez moi,, je ne sais meme pas si ce que je connaissaient y sont encore, et puis j'étais pas Al capone non plus, ma place n'était qu'une petite place de mule, rien d'autre.
Alors après si c'est parce que je dit des choses vulgaires ( en tous cas je les pense, je n'ai fait ici que les écrire), je n'ai absolument aucun soucis à me faire...j'ai pris mes renseignements.
 
En dehors de ça, je fais de nouvelles connexions, JAGROFUNBA (d'ailleurs si vous entendez parler d'un concert d'eux en belgique et bien je vous encourage vivement à y aller) avec Marty plus précisemment ; Jo, webmaster du site 564 crew pour qui j'ecris des chroniques musicales, Val, qui prend de plus en plus de place dans mon coeur...
Tout va bien...
 
Hier soir au diner, Antoine nous lache un "se serait bien de trouver une nouvelle activité fédératrice, mais sur du long terme, qu'on pourrait partager avec les groupes qui arriveront après..." entre deux bouchées de lasagnes
 
"qu'est-ce que tu veux faire encore ?", elle lui a dit Cécile avec un air déjà épuisé rien qu'à l'idée de penser qu'Antoine va nous faire faire un truc super fatiguant comme à son habitude...
 
Et là, comble du comble, c'est karl qui lance un "et si on faisait un potager !" du coup cécile répète "et si on faisait un potager" mais avec l'air de dire " gros débile t'as pas d'autres idées comme ça ". Moi j'ai déjà la tête cachée sous les bras parce que je sais qu'antoine va adorer cette idée...
 
"Mais c'est génial, c'est excellent ça Karl"...et blablabla..
et vas-y que je te mettrais des tomates, et pis des poireaux, tient et si on mettais des salades aussi, oh oui, ce serait génial, on pourrait même carrément mettre des petites tomates cerises pour l'apéro (ah bin tient !)...
 
Et emi, au lieu de fermer sa gueule et de rester bien sage, nan, il a fallu qu'elle l'ouvre après le coup des tomates cerises (parce que ça commençait à faire limite petite maison de vacances là quand meme) pour sortir la connerie du siècle : (deux points ouvrez les guillemets !) ET POURQUOI PAS DES POULES PENDANT QUE VOUS Y ETES ???
 
Je vous raconte même pas comment ces deux débiles m'ont regardée...
 
Elles sont en routes....6 poules pondeuses...
 
14 h debut des travaux...moi je beche....
 
Des fois je vous jure, j'me dit que je ferais bien de réflechir avant de causer !

10:36 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook |

24/05/2005

"ainsi va la vie...elle te demande beaucoup d'efforts...

Fortifie ton esprit, il te faut te battre et te battre encore ". Je ne sais plus qui chantait ce ragga que j'écoutais il y a quelques années.
 
Ce matin , je me lève ( et personne ne me bouscule, comme d'habitude...!).
Je suis de bonne humeur. J'ai passée une soirée merveilleuse avec le groupe au foyer.
Gégé nous a dit combien il était fier de nous. Il a même dit à tous les autres ce qu'il m'avait déjà dit au retour du zoo : en 12 ans, il n'a jamais vu un groupe entier s'en sortir de cette façon, avec autant de volonté et de manière aussi enjouée.
Je suis contente. Quelques verres de manzana glacée viennent étourdir un peu les esprits ( et quand je dit que ce centre prends des allures de club Mickey personne ne veut me croire ici !).
A ce moment là je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma vie. Jamais,vraiment.
 
Je suis un peu inquiète quand même, j'attends un coup de téléphone de onze. J'appréhende ce "non-appel"...parce que ce matin, nous avons eu un petit "différent"...besoin de recul...Ca me fait flipper.
 
Il arrive une heure ou je ne peux plus attendre, je l'appelle (et là je me fais forcément griller en écrivant ça étant donné que je n'ai pas le droit de toucher au téléphone du centre, mais tant pis !).
Il à l'air content de m'entendre et me rappelle aussitot sur mon portable...
S'en suivent, quantités d'excuses et de mercis. Je pleurs parce que je voudrais qu'il comprenne que sa "présence " à été capitale...
Il y à des choses que l'on ne peut cependant "entendre" tous les deux.
 
Dans trois jours je prends le train, me dis-je en raccrochant...J'ai hâte....
Le vie est belle maintenant.
 
Je termine ma soirée, je pars me coucher et je m'endors le plus simplement du monde.
 
Ce matin je me réveille donc. Je rejoins l'ensemble du groupe après le traditionnel passage devant la fenêtre servant de pase-medocs comme on l'appelle.
Assise devant le chocolat chaud, je regarde ces petites pillulles...Merci à celui qui les a inventées. Sans elles se seraient beaucoup plus difficile...mais vivement que je leur disent adieu à elles aussi.
 
Je part me doucher, m'habiller. Et Antoine arrive dans la chambre avec un air un peu inquiet : "Emi, ya des keufs qui veulent te voir, on est dans le bureau de gégé...
- des keufs ? pourquoi qu'est-ce qui se passe ?
- je sais pas, qu'est-ce qui se passe, qu'est-ce que t'a fais ?
- bin rien, dis-je en le suivant dans le couloir, j'ai rien fait putain c'est quoi ce délire ?
 
J'arrive dans le bureau de gégé que je cherche automatiquement des yeux, j'ai besoin d'être rassurée, là, très vite, gégé, aide moi, que je me dis...
Il me prend aussitôt avec lui et m'assois à coté de son fauteuil.
"Emi, Mr X et Mr Y sont agents de la brigade des stupéfiants. Ils aimeraient te parler, tu veux bien ?
- Putain mais qu'est ce que j'ai fais ? j'ai rien fait ?!
- Nous voudrions simplement vous posez quelques questions, vous voulez bien ?
- Qui mais quelles questions ?
- Si vous permettez nous souhaiterions avoir un entretient avec vous uniquement..., puis en s'adressant a gégé et Antoine, s'il vous plait ...
 
Me voilà seule avec eux...putain je déteste ça, rien que d'y penser à nouveau ça me file de l'urticaire...
Qu'est-ce qui se passe putain, quand est-ce qu'on va me le dire ...
 
- Voilà, nous enquêtons actuellement sur une affaire de stupéfiants dans la région Vannes Lorient. Il s'agit d'un vaste réseaux dont vous avez fait partie avant votre incarcération.
- Si vous comptez sur moi pour balancer des noms vous avez frappé à la mauvaise porte.
( Je sais ce qu'il sont venus chercher. Je ne leur dirait rien. Mes yeux sont redevenus aussi noirs qu'à mon arrivée, mes paroles redeviennent celles qu'elles étaient.)
- Vous savez Melle que vous bénéficiez d'un traitement de faveur en étant dans ce centre ?
- je beneficie de rien du tout, c'est pas vous qu'êtes là ok ?
- Ah non c'est exact, mais reconnaissez que si vous êtes là , c'est parce que c'est votre place
- (espèce d'enculé de fils de p..e, qu'est-ce que tu viens me parler de place toi, vas chier connard!)non monsieur, ce n'est la place de personne. Je ne dirais rien parce que je ne sais rien. Je suis enfermée depuis plus d'un an et croyez moi qu'ici, je n'ai aucun lien avec mes anciens potes, ce qu'ils font aujourd'hui j'en ai rien à foutre. Moi j'en ai presque fini, le reste je m'en branle.
 
Leurs yeux deviennent presque moqueurs genre "la pissouse elle va pas nous faire chier longtemps"
 
- Justement Melle vous ne le savez peut etre mais le fait de nous aider peut sans doute jouer sur une libération plus rapide
- (mais bien sur, tu me prend vraiment pour une conne ou quoi !), je ne sais rien je vous dit !
- Tout comme le fait de ne pas soutenir ces affaires peut ammener le juge à reviser votre libération.
- Bin allez y vous génez pas, rallongez si vous voulez, je suis pas à ça près maintenant. Je ne sais rien.
 
Ensuite c'est à nouveau des questions sans queue ni tête...on preche le faux pour avoir le vrai.
J'ai fini par leur dire que des cadeaux j'en fait plus moi maintenant... je les reçois, c'est différent. Et ni eux ni aucun juge ne pourra me faire dire quoi que ce soit. Je ne sais rien et je ne veux rien savoir.
Peuvent bien essayer de rallonger, ça marchera pas, il n'y a aucune raison qui le justifierait : je suis mon traitement, les educs n'ont aucune remarque à faire sur moi, je suis dans un programme de réinsertion professionnelle qui fonctionne bien et dans lequel je me plais...
Sur ce coup là je suis tranquille.
 
Ahhhh les keufs...z'ont oubliés d'être malins eux aussi. Moi j'ai pas oublié d'être amnésique...
 
 
 
 
 
 

11:29 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |