18/04/2005

trendresse moi !

J'ai encore des larmes pleins les yeux...eux même gonflés par ce week-end...
 
Je pleurs parce que c'est vraiment dur d'etre séparé de ceux qu'on aime par la force des choses.
Je n'ai dormi que 4 heures pendant ces deux jours.Pour profiter de tout ce temps avec eux.
je suis partie samedi matin...pleine d'entrain et de bonne humeur.
Maman était à la gare...
Chocolat traditionnel en bord de mer, le crachin sur les baie vitrées du bar, l'iode plein la gueule, et le parler breton "qu'mank pâ d'caractèèèr' dam !"...
On se parle, d'abord de tout et de rien, du temps qui passe, des habitudes...et on se regarde pour chercher dans les yeux de l'autre tout ce qu'il veut taire...
et puis elle crache sa valda : "alors et toi, comment tu t'en sors ?"...
pfff...sous mon "bien maman, très bien !" court et suffisemment bref pour qu'elle comprenne que je n'irais pas plus loin, il y à du doute. Lui dire quoi ? "tu sais maman, je suis vivante c'est dejà pas si mal...ça va bien oui, mieux en tous cas...mais c'est très long...et j'appréhende le retour et tout le tsoin tsoin" ?
 
Nan, j'ai pas envie d'lui dire tout ça. J'ai pas envie parce que ce vont etre les deux seuls jours de plaisir que je vais avoir peut etre encore jusque la fin de la peine.Alors je ne veux pas penser au centre.
 
Le dejeuner est familial, les deux petits monstres sont là. Ils changent à chaques visites.
 
Je reçois un appel de l'ami de toujours, que j'appellerais J parce qu'il ne veut pas que je mette son nom ici.
C'est quelqu'un que je porte profondément dans mon coeur. En plus d'etre sublimenent beau, il est d'une gentillesse sans egal, spontané, sincère, tendre, intelligent...
Il m'annonce qu'il à tout vu avec maman, et qu'il passe me prendre dans l'après midi...direction Benodet...une open house party...avec un set attendu d'Yvan Smagghe....entre autre.
Tout le monde est de la fête...
 
A 18h00, je suis près de la voiture avec lui, on se parle. Je porte un pantalon à carreaux anglais, marron et noir, avec une petite chemise noire ceintrée. Je me sens bien, et mal en même temps Parce que je connais ces soirée là par coeur : L'oeil qui courre le long de la salle, à peine arrivés, pour trouver les toilettes...Je me sens mal parce que les fringues que je porte sont le cliché même du genre de tenue qu'on trouve dans ces soirées là...parce que la ligne de conduite est la même : je passe te prendre, 1 heure de bagnole avant de trouver le lieu, souvent idéal, et à donf jusque 8 ou 9 h du mat...
 
On est à la salle à minuit. Plusieurs d'entre nous ont déjà pris des taz au resto...
La salle est magnifique, le son est hallucinant et la salle contient environ 350 personnes. toutes happy face...
Le reflexe revient plus vite que je ne l'avait imaginé...je cherche déjà les toilettes des yeux...putain de reflexes.
Je croise deux ou trois potes, déjà bien défoncés. Je vais avec J chercher une bière. On part danser nous aussi...Même sans prod, je me sens bien à danser sur les sets de "produit de france". J'en vois quelques uns d'entre nous régulièrement aller se repoudrer le nez aux chiottes. Mais J reste avec moi...on se tape encore quelques bières...Je me libère de plus en plus, mais en ne perdant pas ma motivation de ne rien prendre...
 
J a disparu...je suis toute seule dans cette jungle, avec ma demie cuite et tous ces gens perchés autour de moi...Je danse, des mecs viennent se coller, comme on le fait beaucoup dans ce genre de soirée. Tout devient langoureux. "Tu veux pas venir prendre une trace avec moi ?"...Putain...oui, oui je veux...putain de merde pourquoi tu me demande ça...j'ai dit que je ne voulais pas...alors pourquoi tu me demande ça gros connards...Putain oui j'en veux...mais non merde j'en veux pas...
 
Je cherche J...je panique...je cours jusque dans les toilettes...je cherche, j'appelle, tant et si bien, qu'une porte s'ouvre...Il est là, les yeux un peu paniqués surement par la façon dont il a entendu son nom crié. Il est là, avec D, les deux traces sont prètes...il à la paille à la main...
 
On se regarde une poignée de seconde...et là je m'ecroule, je pleurs, je lui d'mande pourquoi il à fait ça...pourquoi il m' laissée seule, qu'il sait très bien qu'il ne faut pas me laisser, je hurle sur lui, devant tous les gens venus se repoudrer eux aussi..je le traite de salaud, je lui dit de pas prendre cette merde, que je ne veux plus le voir...que je lui en veux.Que je ne veux pas qu'il commence ce genre de putain de conneries.Je me sens trahie. Il est désolé. Il m'explique que j'ai raison, qu'emporté par la folie du truc, il a dit oui à la trace que lui proposait D...qu'il est navré...il me serre dans ces bras. Il me dit qu'on s'en va.
On ne dit meme pas au revoir aux autres. on part tous les deux...il n'ya plus que nous deux dans nos tetes.
Il pleur aussi...Je ne peux plus parler...il me guide. comme devenu fou par le remord du chagrin qu'il ma causé...il conduit jusque la plage...il est 7h30 du mat...Le vent souffle...Je sors de la voiture, je courre et je crie. Il me rejoint me prend dans ses bras. on ne dit rien, on ne parle même plus. Les emotions sont là, les sentiments aussi...alors plus personne ne parle.
 
Je passe le chemin du retour la tête dans son epaule. Je ne veux pas rentrer chez moi, je ne veux pas dormir seule.
 
Je me blottie contre lui, il me carresse les cheveux...Il me dit "ça va ?"...je lui répond "tendresse moi...".
 
J'ai les yeux pleins de larmes...

09:55 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

Commentaires

Trainspotting tout Craché ! Tu as donc vu les chiottes les plus dégueulasse d'Ecosse ? ;~)
Je me dit qu'il faut une sacré dose de courage pour pouvoir dire non. Mais en faisant cela : you choose life !

Écrit par : Nola | 18/04/2005

... J'ai lu avec le coeur en chute libre jusque la fin du post, pour voir à la fin que tu es une GAGNANTE...
Fier de toi emi...

Écrit par : Piero | 18/04/2005

Salut Emi là, tu m'as vraiment fait peur, brrrrr
Mais tu tiens le coup et ça me réjoui
Tu m'étonneras toujours par ta force de caractère
Continues, je suis avec toi

Bisous

Écrit par : Yves | 18/04/2005

Rien ne sera plus
Touché, en plein coeur, comme d'habitude oserais-je même ajouter.

Rien ne sera plus comme avant. Tu as refusé cette fois, tu refuseras toujours, fais toi confiance; c'était cette tentation la plus difficile, c'est ce refus catégorique, même si déchirant, qui te permettra d'encaisser toutes les autres... Sois fière de toi et ne laisse plus jamais rien ni personne menacer cette fiereté.

Au fil de ta lutte, tu découvriras sans doute un sens nouveau. Te sauver toi ne restera pas longtemps un objectif satisfaisant en regard de ta sensibilité, de tes émotions, de ton passé... Ton refus entrainera celui des autres. D'une lutte contre toi meme, tu transcenderas une croisade au nom des autres... Pour chaque rail que tu feras se perdre, pour chaque X qu'un autre que toi refusera de prendre, par ce que tu lui auras parlé, par ce que tu lui auras fait comprendre quel enfer se trouve au bout du rêve, tu regagneras un peu plus tout ce que la came t'a volé.

Tu peux choisir de rester une victime isolée, sauvée a force de vouloir. Tu peux aussi choisir d'être le témoin vivant d'une descente aux enfers, d'être le fer de lance d'une revanche de la vie contre la mort.

Qui pourrait encore songer a prendre un rail apres t'avoir lu jusqu'ici ? Qui choisirait de laisser une larme de trop s'écouler de tes yeux clairs contre quelques traces sordides dans des chiottes malpropres ?

Ceux qui en reviennent sont rares, tu le sais.

Ceux qui en reviennent avec la faculté d'en parler, avec le pouvoir du verbe, des images et des émotions sont en si petit nombre que chacun d'entre eux est précieux... et tu es sans aucun doute la plus précieuse que je connaisse...

Cette absence de 7 ans n'est pas un temps perdu, cette traversée hallucinée peut servir à d'autres que toi, et a travers eux, à toi même, pour te racheter un sourire, une joie de vivre, une raison d'être.

Bien sur tu vas trouver ca délirant. Mais j'y crois, bon dieu, j'y crois a m'en mettre les paluches au feu. Il y aura des projets qui t'attendront, à la sortie.

Surtout continue, surtout exprime, surtout déverse chaque goutte du pus qui infecte encore tes plaies, il n'en reste plus beaucoup, surtout soigne les bien, regarde les se refermer et surtout, surtout, envisage chaque cicatrice comme une victoire, une victoire personnelle, une victoire publique...

Oui, tu es une gagnante, tes efforts sont récompensés, une victoire dans les larmes, certes, mais une victoire réelle... Au lieu d'une soirée dépensée dans l'ivresse de l'oubli-party, tu t'es ouverte à la tendresse, sur fond de plage, aux petites heures... Et il t'a suivi. Et il a tout laissé.

Relis toi. Tu comprendras que rien ne sera plus comme avant, que le meilleur est a venir, que toutes les richesses du coeur sont a la portée de ta main, que la tendresse est une came bien plus riche et bien plus précieuse que tout autre.

Dans mes yeux, a la fin de tes mots, il y avait des larmes, des larmes de joie, des larmes de fiereté.

Avec toute ma tendresse,

Lau.

Écrit par : Jorael | 18/04/2005

Sink, swim, go down with the ship but use your freedom of choice Presse moi, blesse moi, caresse moi sans cesse
Embrasse moi jusqu'au coma
Presse moi sans faiblesse
L'amour c'est comme du soma...

La liberté c'est le choix, le choix c'est la liberté

Écrit par : teen_spirit | 18/04/2005

Pour la musique, va sur lien suivant : http://musique-sur-blog.skynetblogs.be/

Bonne chance !

Écrit par : Annie | 18/04/2005

wahhh :o)
Simplement respect, bravo et courage
Bisous

Écrit par : Val | 18/04/2005

coucou du soir Respect miss ;-))))
gros bisous

Écrit par : bio | 18/04/2005

Courage emi! Et c vraiment génial d'avoir dit: non!!!
Tu sais il aurait été tellement plus facile que tu dises oui mais tu as dit non, imagine-tu tt le chemin parcouru!!!!???
C'est un grand pas vers ta "new" life!!!! ;)
Bien à toi.

Écrit par : nauscaa | 18/04/2005

Berceuse pour cette nuit...
Doucement sans faire de bruit
comme on réveille la pluie
je vais prendre ta douleur

Écrit par : Jorael | 19/04/2005

nauscaa ki es-tu ??? as tu un blog également ?

aux autres....je ne dirais rien...mes pensées sont pour vous.

Écrit par : emi | 19/04/2005

Kikou emi! Oui, j'ai un blog!
J'ai mis le lien, ici, en bas de mon comm'.
Sinon, qui suis-je? Et bien tu pourras le découvrir à travers mon blog sinon pr résumer: une timide qui se soigne (lol), une rebelle mais surtout une grande rêveuse... ;)

Écrit par : nauscaa | 19/04/2005

toc toc vas voire ....le facteur est passé ...;-)))

Écrit par : bio | 19/04/2005

Salut Emi Désolé, sais pas comment mettre de la musique sur un blog !
En fait, disons que cela ne m'intéresse pas vraiment ;~))))))))
Kiz

Écrit par : Nola | 19/04/2005

Les commentaires sont fermés.