13/04/2005

don't want another war song...

Le CV est terminé. Il est pas forcément de ceux qu'on encadrerait au dessus d'un joli bureau, mais il est terminé.
 
Y'a plus qu'a...comme dirait ma mère...
inch'allah.
 
J'ai fait que penser aux commentaires qui sont laissés ici. J'ai fait un tas de comparaisons un peu chelou.
Je crois que ces commentaires sont des traces...qui sont là, dans mon addiction a la guerison, tous comme les traces physiques, qui sont là, pour me faire rappeller que dans une vie, j'ai été accro à un beau merdier de saloperies.
J'ai la substitution medicamenteuse, pas d'autres choix, je dois réapprendre mon corps, trop niqué par ce que je lui ai fait faire...et j'ai la substitution "virtuelle", que ces commentaires me font chaque fois, bien plus douce...mais radicalement efficace.
 
J'ai relu mon premier post...j'ai changé c'est net...Pas le choix ici t'façon, c'est clair.
J'ai changé, d'abord parce que, malgré la connasse que je suis parfois, j'en avait vraiment envie..., parce que les prod qu'on me donne ici me le permettait, parce que les gens qui sont là , le sont "uniquement" pour moi, parce que le cadre s'y prète aussi...je suis loin des emmerdes urbaines, des rencontres citadines de nuits...
J'ai changé parce que finalement je suis devenue un livre ouvert...et lu...J'ai changé avec ces mots...et avec les mots des autres.
 
Je suis très capable de reussir.
 
Hier on parlais barbecue...Je me souviens même pas avoir partagé un truc comme ça avec des potes. Des bouffes bien sur, mais la défonce était toujours notre leitmotiv...on se "rencontrait " jamais finalement.
 
Un vrai barbec, avec le ketchup, la mayo, le rosé (bandol évidement!) ou un coteau du layon bien frais comme je les aime, du pain encore chaud, une vieille nappe à carreaux usée, le tire bouchon en bois posé sur la table...l'appareil photo pas loin, pour immortalisé le sourire de tonton, ou l'arrivée de mamie ...bin putain...ça fait un putain de bail que je m'en suis pas tapé un.
J'ai demandé à ma mère hier soir (bin oui, dans le coup de telephone traditionnel et quotidien, on commence même à trouver des trucs à se dire !)
si elle avait souvenir de la dernière fois que j'ai fait ça avec eux...et evidemment elle s'en souvient...ces moments là sont (dixit ma mère) "ceux qui lui ont permis de croire que tout pouvait s'arranger"...
c'qu'est hallucinant, c'est qu'a cette epoque là, c'était le genre de connerie qui me gavait grave...et pourtant je n'ai rien oublié de ces moments, et je regrette meme de pas avoir kiffé vraiment.
 
Alors oui...oui pour le barbec, oui pour Paris, oui pour des bras ouverts, oui pour le rosé de bandol...Je ne sais pas ce que j'apporterais, mais je sais que je sortirais de cet enfer rien que pour ça...
 
Non ça ne me gave plus d'écrire ici, non, je n'ai plus envie d'etre aigrie, moche et triste à l'idée de croiser gégé, non je ne veux plus jamais touché à une seule merde.
 
et peut etre qu'un jour je trouverais deux bras, qui enlaceront tout ce que je suis...moi, avec tous ces souvenirs là.
Moi et ma putain d'envie...

10:39 Écrit par emi | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Héhé Salut ma belle, ben, ton premier post positif !! ça se fête non ?

Ps : Qu'en penserait la petite Annick ? (CFR le comm que tu as laissé chez moi :~))))

Écrit par : Nola | 13/04/2005

la petite annick dirait surement : "bon sang baiser bien sur !"

Écrit par : emi | 13/04/2005

... Finies les idées noires de Franquin, vive les Rhaaa lovely de Gotlib
Gros betchs

Écrit par : Piero | 13/04/2005

Un jour ... Je pourrais te conter l'histoire d'une fille dont l'intérêt initial pour la chimie n'était pas très académique... Comment elle en a pourtant fait un véritable objet de recherche scientifique...

Une fille pour qui la nuit n'était qu'évasion... Les boîtes un exutoire... La musique un simple accompagnement... Et aujourd'hui pourtant, comment elle partage les jours... D'un DJ.

Écrit par : Shane | 13/04/2005

Super ça sent bon le printemps tout ça :d

Écrit par : Yves | 13/04/2005

Emi La petite Annick est trop petite pour cela ! ;~)))))))))

Écrit par : Nola | 13/04/2005

Tout doucement
On se dépose des mots, on se déleste des maux...

Tout doucement les couleurs reviennent, les parfums, les sons, les appétits, les rêves et les putains d'envies...

Bravo Emi.

Ton chemin est encore long, ne l'oublie pas... Mais ton chemin est le bon, remember, I want YOU to go ON.

A distance tu m'offres un cadeau précieux : te lire pleine d'espoir, te lire pleine d'envie, te lire enfin sans colère, sans tristesse et sans peur, te lire surtout avec des pensées pour demain, la ou il y a encore si peu de temps on ne trouvait que l'évocation de souvenirs noirs et la haine d'un présent difficile.

Courage, Paris, les Bras et les Barbecs t'attendent bien au chaud, quelque part en juillet...

Écrit par : Jorael | 13/04/2005

Les commentaires sont fermés.